Champ d'essai Agroscope avec des toits comme simulation de sécheresse Agroscope, Raphael Wittwer

News #3 - Comment le climat ralentit le sol

Dans notre projet de science citoyenne «La preuve par le slip», nous mesurons l'activité du sol grâce au taux de décomposition des slips en coton.

Ce qui à première vue semble amusant concerne en réalité l'un des paramètres les plus importants en termes de santé des sols, de rendements et d’alimentation mondiale. Car plus la décomposition de la matière organique est rapide, plus le sol peut convertir d’éléments nutritifs et ainsi plus nos cultures poussent bien et les rendements sont élevés.

L'activité du sol dépend fortement de la disponibilité en eau. La règle suivante est valable: plus le sol est humide, plus l'activité du sol est élevée. Étant donné que les mois d'été en Suisse sont de plus en plus secs en raison du changement climatique, l'activité du sol risque de diminuer. Autrement dit, l'agriculture doit adapter la gestion de ses champs de manière à stocker le maximum d'eau dans le sol.

Afin de savoir pour quelles formes de culture cela est possible, Agroscope a mis en place un vaste essai sur des champs de maïs. Certains champs sont couverts de toits pour les protéger contre la pluie. C’est ainsi que l’on simule la sécheresse future. Certains autres champs sont cultivés de manière conventionnelle avec une charrue ou en semis direct, tandis que d'autres sont cultivés selon les directives en matière de culture biologique, également avec et sans charrue. Les chercheuses et chercheurs mesurent aussi l'activité du sol non pas avec des slips, mais avec des sachets de thé (voir la section suivante).

Les résultats ont confirmé l'hypothèse des scientifiques: le réchauffement climatique constitue une énorme menace pour l'agriculture suisse. Peu importe que le champ soit cultivé de manière conventionnelle ou biologique, la sécheresse réduit les rendements de manière générale jusqu'à 30 %.

En 2018, «Einstein», l’émission scientifique de la SRF, s’est rendue sur le site d'essai et a publié un important rapport à ce sujet. Cette année aussi, nous cherchons à savoir si la sécheresse affecte la production agricole. En été, nous vérifierons si l'application de compost améliore la résistance à la sécheresse.

Les sachets de thé, un instrument de mesure

Les sachets de thé jouent un rôle important aussi bien dans la recherche sur les sols que dans notre projet de science citoyenne. Ils sont utilisés pour mesurer la vitesse de décomposition dans le sol, autrement dit, la vitesse à laquelle une substance organique se décompose dans le sol et est dégradée par les millions d'organismes vivants du sol. Cette méthode, également connue sous le nom d'indice du sachet de thé (Tea Bag Index), a été mise au point par des chercheuses et chercheurs et est reconnue scientifiquement. Pour que les résultats soient comparables au niveau mondial, deux variétés de thé d'un fabricant particulier sont utilisées, car elles sont disponibles presque partout dans le monde. Des sachets de thé contenant soit du rooibos soit du thé vert sont enterrés les uns à côté des autres dans le sol à une profondeur de huit centimètres. Après 90 jours, ils sont déterrés, séchés et la biomasse restante dans les sachets est mesurée.

Cette méthode est désormais utilisée dans le monde entier. Il est ainsi possible de comparer l'activité des sols du monde entier. Dans notre projet, nous l'utilisons comme un moyen pour comparer la dégradation des slips à celle des sachets de thé. Vous trouverez de plus amples informations sur l'indice du sachet de thé à l'adresse suivante http://www.teatime4science.org/